Page:Lenoir-Rolland - Poèmes épars, 1916.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
50
POÈMES ÉPARS

Telle est la question ! Résolvez-la, vous autres,
Qui du noble agio vous faites les apôtres !
Elle est pleine de sang et grosse de sacs d’or !
Laissez-la, s’il vous plait, choir, sans y prendre garde !
Mais, sachez-le, ce fils d’une race bâtarde,
L’homme sans pain ressemble à l’hyène qui dort !

Occupez-vous aussi du sort du prolétaire :
Soit qu’il fasse le crime à l’ombre du mystère,
Soit qu’auprès de la borne il s’asseye en priant !
Journalistes, frondant toute erreur, tout scandale,
Cette question-ci vaut bien la féodale !
Elle intéresse plus que celle d’Orient !

Montréal, 17 novembre, 1853.