Page:Lepelletier - Émile Zola, 1908.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III


MARIAGE DE ZOLA. — ZOLA SOUS-PRÉFET. — ZOLA AUTEUR DRAMATIQUE. — LE ROMAN EXPÉRIMENTAL. — L’HÉRÉDITÉ. — LE NATURALISME
(1868-1871)


Thérèse Raquin ne fut pas un succès. Seuls quelques lecteurs, épris d’art nouveau, cherchant une lecture mixte entre les feuilletons abracadabrants, alors très en vogue, de Ponson du Terrail, et les affadissantes narrations de George Sand vieillie et d’Octave Feuillet, jeune vieillot, s’intéressèrent à ce drame de la conscience, à cette évocation du remords, où se combinaient l’intensité psychologique et la violence dramatique du roman criminel.

Les Rougon-Macquart étaient déjà en préparation lorsque Zola écrivit Thérèse Raquin. On pourrait même faire rentrer ce roman dans la fameuse série. Il suffirait, pour justifier, d’après le plan de l’auteur, ce rattachement, de donner à Thérèse ou à Laurent une parenté quelconque avec les descendants névrosés d’Adélaïde Fouque. La partie psychologique s’y trouve, sans doute, moins développée que dans les romans subséquents, mais déjà se manifeste la préoccupation de la description minutieuse des milieux, et aussi l’étude d’organis-