Page:Lepelletier - Émile Zola, 1908.djvu/342

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


V


LA TERRE. — LE MANIFESTE DES CINQ. — LA BÊTE HUMAINE. — LA DÉBÂCLE. — LE DOCTEUR PASCAL.
(1887-1892)


La Terre fut publiée en 1887.

C’est, avec l’Assommoir, le livre de Zola qui a soulevé le plus de protestations ; une surtout fut retentissante, celle des « Cinq » qu’on trouvera plus loin. Des critiques passionnées se produisirent, à l’apparition de ce roman, qui n’étaient pas toujours injustes. Là aussi, la trivialité du style choqua et motiva les haut-le-cœur. Les personnages de la Terre, comme ceux de l’Assommoir, s’expriment en des termes crus qu’ils ponctuent à la façon du père Duchesne. Peut-être le paysan n’emploie-t-il pas couramment un vocabulaire aussi épicé. Il m’a semblé, parmi les rustiques que j’ai rencontrés, que, sauf dans la colère, au cabaret, ou aux champs avec des animaux rétifs ou vagabonds, le langage du cultivateur était plutôt réservé ; les phrases sont incorrectes, mais sans gros mots. L’antique soumission au seigneur, aux gens du roi, aux propriétaires, a transmis aux gens de la terre cette modération du verbe. L’auteur, en usant de verbes gros et de termes souvent orduriers, a voulu éveiller en nous l’idée de la grossièreté paysanne. Ce