Page:Lermina - L’Énigme.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Oh ! si j’avais une preuve ! s’écria le jeune homme.

— En voici une ! dit une voix.

Germaine était entrée.

— Tu demandes une preuve, Georges, donc tu doutes encore ! Eh bien ! regarde ceci… C’est la rosette de la Légion d’honneur que ton père portait à la boutonnière… Avant de se tuer, il l’a arrachée et jetée loin de lui… Qui donc l’avait déshonoré ?

Georges, violemment, la poussa dehors.

— Va-t’en, dit-il, je suis le maître ici, je suis le juge…

Il revint vers Marie qui n’avait pas fait un mouvement, toujours à genoux, toujours la tête baissée :

— Madame, dit-il rapidement, d’une voix haletante, vous allez partir… disparaître. Je ne veux pas vous punir. Les femmes comme vous rencontrent le châtiment et s’y offrent d’elles-mêmes… Ce que vous avez fait est infâme… je ne sais