Page:Lermina - L’Énigme.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


cher les papiers accusateurs, il la repoussa si durement que la pauvre femme, chancelant, alla tomber sur un canapé…

Déjà il était trop tard… livide, les cheveux dressés, Georges avait aux lèvres le tremblement nerveux qui précède l’accès de folie… Au cri de Marie, comprenant qu’il avait été sans le vouloir l’agent de quelque horrible révélation, M. de Samereuil avait bondi vers le jeune homme ; mais celui-ci, battant des mains en avant pour l’écarter, marchait à reculons, poussant des exclamations entrecoupées…

— Mais que se passe-t-il donc ? s’écria M. de Samereuil.

Georges s’arcbouta contre la muraille, serrant entre ses doigts crispés les deux lettres qu’il venait de lire.

— Laissez-moi ! n’approchez pas ! ne me touchez pas !

— Georges ! mon ami !… Georges ! au nom de ton père !

Le jeune homme tressaillit comme s’il