Page:Lermina - L’Énigme.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’affaires, est venu aux Petites-Tuileries, soi-disant pour parler à M. de Morlaines de la vente d’une ferme… c’était un beau garçon, ma foi… dans les quarante ans, rasé de frais, avec des favoris longs d’un pied, et de petits yeux clignotants, mais malins comme ceux d’un chat… Tu sais que M. de Morlaines ne s’occupait jamais d’affaires… Dès que cet homme, qui avait un fier aplomb, comme tu vas voir, lui eut touché deux mots de la vente — un mensonge — le général lui répondit : « Cela ne me regarde pas. Parlez à ma femme ! » C’est vrai que c’était toujours la même chose ; elle faisait tout, s’occupait de tout… et recevait même l’argent… tu sauras à quoi elle l’employait… Justement la belle madame arrivait à ce moment-là… le général lui dit deux mots et la laissa avec l’autre… Moi, si j’ai eu tort, pas tort, ça ne regarde que moi — cet homme-là ne me revenait pas… j’avais surpris quelque chose déjà… Quand il