Page:Lermina - L’Énigme.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


avait vu madame, il avait eu comme un geste de surprise… ou plutôt d’émotion. Elle… (Ah ! je l’ai dans le sang, cette femme-là !) elle le regardait bien en face comme si elle ne le connaissait pas…

J’aurais voulu écouter… mais ils se mirent à causer devant la maison, auprès du petit kiosque. Il aurait fallu être dans ce kiosque… je ne pouvais pas, à ce moment-là, y entrer sans être vue. Seulement, je les guettais… je suivais le mouvement des lèvres, exaspérée de ne pas entendre les voix. Ce que je voyais, pourtant, c’est qu’ils discutaient… plus, ils se disputaient… elle voulait faire de la dignité, c’était son fort… lui, un peu pâle, mais très calme, pérorait, et pour un peu, il eût crié… même que la Deltour a eu peur que M. de Morlaines, qui était dans le salon, n’entendît quelque chose… Elle a posé sa main sur le bras de l’homme et elle l’a entraîné de l’autre côté du kiosque… alors j’ai profité de ce mouvement-là… j’ai