Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/523

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à 125,000 francs, comptait en Saxe 1,220 contribuables, soit 0.13 p. 100 du nombre total, pour un revenu de 53 millions de francs ou 4.72 p. 100 de l’ensemble des revenus du pays. Enfin, la sixième catégorie, celle des très gros revenus, supérieurs à 125.000 francs, comprenait 73 contribuables, pour une somme de 16 millions et demi de francs revenu imposable, soit 1.47 p. 100 du revenu total du pays.

L’exemple de la Saxe confirme celui de la Prusse, avec cette légère différence que les très petits et les petits revenus sont plus infimes encore en moyenne dans le royaume de Saxe que dans celui de Prusse, et que les moyens revenus y sont, au contraire, plus nombreux. Néanmoins, si l’on confisquait tous les revenus supérieurs à 7,875 francs et qu’on les répartit entre le reste de la population, chacun de ceux auxquels on accorderait dette aubaine ne verrait encore ses ressources annuelles augmenter que de 14 à 15 p. 100 : Nous nous plaçons, d’ailleurs, au point de vue des socialistes, et nous supposons ici — ce qui est absurde — qu’il n’y aurait aucune déperdition de revenu par la disparition de la classe qui possède les revenus les plus élevés. Cependant, la société serait alors comme décapitée elle aurait perdu ses meilleurs industriels, ses meilleurs commerçants, ses meilleurs ingénieurs, ou ceux-ci n’auraient plus le stimulant qui les pousse à faire d’incessants efforts et à exercer sans relâche leurs puissantes facultés. On connaît la parabole du réformateur Saint-Simon sur les conséquences qu’aurait pour une nation la perte subite de ses cinquante premiers industriels, ses cinquante premiers savants, ses cinquante premiers ingénieurs, ses cinquante premiers artistes, ses cinquante premiers médecins, etc. Si l’on confisquait tous les revenus au-dessus de 7,875 francs, ce ne sont pas seulement les cinquante premiers sujets de chacune de ces spécialités ; Ce sont tous ceux qui ont quelque talent dans chacune d’elles que l’on ferait en quelque sorte disparaître, ou auxquels on enlèverait toute force d’initiative.

Les recherches qui précèdent démontrent que, en Allemagne du moins, les revenus un peu élevés forment une part très modique de l’ensemble des revenus du pays. En est-il autre-