Page:Les Aventures de Huck Finn.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Il se tut en apercevant le docteur, qui venait d’arriver et qui l’écoutait tout en causant avec deux autres messieurs que je voyais pour la première fois.

— Quand êtes-vous débarqué à Nantuck ? demanda un de ces derniers au roi.

— Le jour de l’enterrement, monsieur.

— Je le sais ; mais à quelle heure ?

— Dans la soirée — une heure ou deux avant le coucher du soleil.

— Comment êtes-vous arrivé ici ? Par quelle voie ?

— À bord du Franklin qui venait de Cincinnati.

— Alors comment vous trouviez-vous à la pointe le matin, dans un canot ?

— Je n’étais pas à la pointe. Vous vous trompez.

— Oh ! j’ai de bons yeux. C’est bien vous que j’ai vu passer dans un canot avec Tim Collins et un gamin.

— Reconnaîtriez-vous ce gamin, Hines ? demanda le docteur.

— Je crois que oui… Justement le voilà !

C’est moi qu’il désignait.

— Mes amis, dit le docteur, il se peut que les derniers venus soient les vrais héritiers ; mais si ces deux gaillards-là ne sont pas des fourbes, je consens à passer pour un idiot. Il est de notre devoir de les empêcher de s’échapper. Emmenons-les à l’hôtel. Une confrontation suffira peut-être pour tout éclaircir.

La révélation de M. Hines avait produit son effet ; les amis du roi commençaient à penser que l’on n’avait pas eu trop tort de les traiter de niais. On ne se contenta pas de garder à vue les deux frères, on les saisit au collet. Le jour baissait et maintenant que j’étais à peu près sûr qu’ils seraient coffrés, je n’aurais pas mieux demandé que de leur fausser compagnie afin de mettre mon projet à exécution. Pas moyen. Le docteur me tenait par la main et il ne me lâcha pas. Tout le monde entra pêle-mêle dans le grand salon de l’hôtel. On alluma des chandelles et l’on fit venir les nouveaux prétendants à l’héritage.