Page:Les Aventures de Huck Finn.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


missions t’a-t-on données pour la tante Sally ? Tâche de ne rien oublier.

Pour le coup, j’étais embourbé jusqu’au menton. Je ne voyais aucun moyen de me tirer d’affaire sans lui avouer qu’elle se trompait. Ce fut tante Sally elle-même qui me ferma la bouche.

Tiens ! d’où sort ce garçon-là ? demanda-t-il.

— Voilà ton oncle qui revient, dit-elle en me poussant dans un coin. Reste derrière ce fauteuil et ne bouge pas. Nous allons lui faire une surprise… Vous, mes enfants, n’ouvrez pas la bouche.

Tout en me demandant ce que je gagnerais à me cacher, j’obéis. Avant de disparaître, j’entrevis la tête d’un vieux monsieur qui s’avançait en maugréant.

— Ouf ! encore une course que j’aurais pu m’épargner, dit-il.

— Il n’est pas arrivé ? demanda Mme Phelps.

— Non, puisque je ne le ramène pas. J’avoue que cela commence à m’inquiéter.