Page:Les Aventures de Huck Finn.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XXXIII
tout s’explique.


M. Thompson était un jeune homme, très jeune pour un docteur. Tante Sally prétendait qu’il portait des lunettes pour se donner l’air plus vieux, mais qu’on aurait de la peine à trouver un meilleur médecin. Le fait est qu’il guérissait vite les piqûres de guêpes. Tom et moi, nous en savions quelque chose. Il ne me fît guère attendre et vint m’ouvrir lui-même, malgré l’heure matinale.

— As-tu encore mis le nez dans un nid de guêpes, maître Tom ? demanda-t-il en me faisant entrer dans sa pharmacie.

— Non, monsieur Thompson.

— Alors quelqu’un est malade chez toi ?

— Personne n’est malade ; seulement Sid a une balle dans le mollet.

— Une balle ! on serait malade à moins. Dépêchons-nous… Là, j’ai ma trousse. Tu me raconteras en route comment l’accident est arrivé. Partons.

— C’est que Sid n’est pas à la maison.

— Où donc est-il ?

— Vous connaissez l’île des Saules ? Eh bien, hier, nous sommes allés dans l’île… nous avons un canot… à minuit, le fusil de Sid est parti par hasard, et…

— Ah ! vous chassiez à minuit ? dit le docteur, qui releva ses lunettes et me regarda en face… Ces coups de feu que j’ai entendus en rentrant… Je comprends. Vous avez inventé, à vous deux, cette absurde histoire des Ravageurs, et je crains que la plaisanterie n’ait été poussée trop loin.