Page:Les Eddas, trad. Puget, 2e édition.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sortent fréquemment d’une bouche ridée, et de celle des malheureux qui mendient à toutes les portes et habitent parmi les rangs inférieurs.

25.Voici nos conseils, Lodfafner, etc. Il ne faut pas réprimander l’étranger ni le mettre à la porte. Sois bon envers les pauvres. L’arbre qu’il faut émouvoir pour qu’il s’ouvre à tous est fort. Donne une pièce de monnaie, et le peuple te louera.

26. Voici nos conseils, Lodfafner, etc. Affermis-toi dans le lieu où tu te disposes à boire la bière forte, car le coup de trop fait toucher la terre, le feu accueille la maladie...... les sortilèges atteignent les épis......... Il faut confier sa vengeance à la lune.

III.

LE DISCOURS RUNIQUE.

1. Je sais que je fus suspendu durant neuf nuits entières à un arbre que le vent faisait murmurer. Un javelot m’avait blessé. Donné à Odin, je fus consacré à cet arbre, dont personne ne connaît les racines.

2. Je ne fus point nourri avec du pain ni avec de l’hydromel. Je me baissais pour ramasser des runes, et je les apprenais en pleurant : ensuite je tombai à terre.