Page:Les Eddas, trad. Puget, 2e édition.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


noire était si grande, qu’il connaissait l’avenir. Saturne découvrit les minerais, dont il fit de l’or, ce qui ne tarda point à le rendre puissant. Il prédisait les récoltes. Ces motifs, et d’autres encore, engagèrent les Crétois à le proclamer roi de leur île ; et lorsqu’il l’eut gouvernée un peu de temps, l’abondance y fut générale. L’or était si commun dans l’île de Crète, que toute la monnaie était fabriquée avec ce métal, et jamais les Crétois n’eurent à gémir relativement aux mauvaises récoltes. Tous les pays pouvaient donc s’approvisionner dans leur île. Cette grande habileté de Saturne et les facultés extraordinaires qu’il possédait firent penser qu’il était dieu. Il en résulta parmi les Crétois et les Macédoniens une erreur semblable à celle des Assyriens et des Chaldéens à l’égard de Zoroastre. Lorsque, de son côté, Saturne vit tous les avantages qu’il procurait au peuple, il se proclama lui-même dieu, et maître du ciel et de la terre.

6. Il mit un jour à la voile pour la Grèce. Il y avait dans ce pays une fille de roi dont il était amoureux ; voici comment il s’y prit pour l’enlever. La princesse étant sortie avec ses femmes, Saturne se transforma en taureau et se coucha devant elle dans la forêt. La beauté du taureau était sans égale, et son poil avait la couleur de l’or. Quand la princesse le vit, elle le caressa ; aussitôt Saturne se leva, se dépouilla de sa forme de taureau, prit la princesse dans ses bras, l’emporta vers son navire, et remit à la voile pour l’île