Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, I.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ÉLOGE
DE M. GALLAND[1].



Antoine Galland naquit en 1646, de pauvres mais honnêtes parens, établis dans un petit bourg de Picardie, nommé Rollo, à deux lieues de Montdidier, et à six de Noyon.

Il n’avoit que quatre ans, et il étoit le septième enfant de la maison, quand son père mourut. Sa mère ne sachant à quoi l’employer, et réduite elle-même à vivre du travail de ses mains, fit tant qu’elle le plaça enfin dans le collége de Noyon, où le Principal et un chanoine de la cathédrale voulurent bien partager entr’eux le soin et les frais de son éducation.

Il y reste jusqu’à l’âge de treize à quatorze ans, qu’il perdit tout à-la-fois ses deux

  1. Cet Éloge a été prononcé à l’Académie des Inscriptions et belles-Lettres, dans la séance de Pâques 1715, par M. Bose, secrétaire perpétuel de cette Académie.