Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, I.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

HISTOIRE
DU PÊCHEUR.



Sire, il y avoit autrefois un pêcheur fort âgé, et si pauvre, qu’à peine pouvoit-il gagner de quoi faire subsister sa femme et trois enfans, dont sa famille étoit composée. Il alloit tous les jours à la pêche de grand matin ; et chaque jour, il s’étoit fait une loi de ne jeter ses filets que quatre fois seulement.

Il partit un matin au clair de la lune, et se rendit au bord de la mer. Il se déshabilla, et jeta ses filets. Comme il les tiroit vers le rivage, il sentit d’abord de la résistance ; il crut avoir fait une bonne pêche, et s’en réjouissoit déjà en lui-même. Mais