Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, IV.djvu/472

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HISTOIRE

DE GANEM, FILS D’ABOU AÏBOU,
L’ESCLAVE D’AMOUR.




Sire, dit Scheherazade au sultan des Indes, il y avoit autrefois à Damas un marchand, qui, par son industrie et par son travail, avoit amassé de grands biens dont il vivoit fort honorablement. Abou Aïbou, c’étoit son nom, avoit un fils et une fille. Le fils fut d’abord appelé Ganem, et depuis surnommé l’Esclave d’Amour. Il étoit très-bien fait ; et son esprit qui étoit naturellement excellent, avoit été cultivé par de bons maîtres que son père avoit pris soin de lui donner. Et la fille fut nommée Force de cœurs[1], parce qu’elle étoit pour-

  1. En Arabe, Alcolomb.