Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, IX.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HISTOIRE

DE

NAAMA ET DE NAM.




Rabia étoit un des habitans de Koufa les plus riches et les plus distingués. La naissance d’un fils, en lui procurant le seul bien qui lui manquoit, vint mettre le comble à son bonheur. Rabia prit l’enfant dans ses bras dès qu’il fut au monde, leva les yeux au ciel, et lui donna le nom de Naama Allah[1]. Ce fils, dès sa plus tendre enfance, devint l’objet de tous les soins et de tous les complaisances de son père, empressé

  1. Ou Nimat Allah, grace, bienfait de Dieu.