Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, IX.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES

MILLE ET UNE NUITS,

CONTES ARABES.




ATTAF,

OU

L’HOMME GÉNÉREUX.




Sire, continua Sheherazade en s’adressant au sultan des Indes, il y avoit à Damas, capitale de la Syrie, sous le règne du calife Haroun Alrashid, un seigneur nommé Attaf, si libéral et si généreux, qu’il égaloit, et peut-être surpassoit le célèbre Hatem de la tribu de Thay dont la générosité est tellement passée en pro-