Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, VI.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LES
MILLE ET UNE NUITS,
CONTES ARABES.

SUITE DE L’HISTOIRE D’ALADDIN,
ou
LA LAMPE MERVEILLEUSE.
———

La mère d’Aladdin qui avoit vu le sultan se lever et se retirer, jugea bien qu’il ne reparoîtroit pas davantage ce jour-là, en voyant tout le monde sortir. Ainsi elle prit le parti de retourner chez elle. Aladdin qui la vit rentrer avec le présent destiné au sultan, ne sut d’abord que penser du succès