Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, VIII.djvu/390

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HISTOIRE

DU ROI BEHERKERD.




« Beherkerd étoit un prince puissant, redouté de ses voisins, et plus encore de ses sujets. La justice qu’il prétendoit rendre à ceux-ci avec promptitude, étoit une véritable injustice. Incapable d’un mûr examen, il confondoit l’innocent avec le coupable, et ne distinguoit pas l’apparence du crime d’avec le crime lui-même. Ignorant l’art de proportionner les peines aux délits, il punissoit les fautes les plus légères comme les plus graves, et ne faisoit pas même grâce aux faute involontaires. Jaloux de tous les droits de la souveraineté, le plus beau de ces droits, celui de par-