Page:Les filles de Loth et autres poèmes érotiques, 1933.djvu/237

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les filles de Loth et autres poèmes érotiques, Bandeau de début de chapitre

LA GRISETTE ET L’ÉTUDIANT

Pièce en un acte de Henry Monnier

PERSONNAGES


L’ÉTUDIANT.
LA GRISETTE.
LA VOIX DE M. PRUDHOMME.


(À Paris, dans une chambre meublée, rue de la Harpe,
entre 1830 et 1840.)

L’ÉTUDIANT
(lisant une lettre)

« …Mardi, à midi, je serai chez toi, plutôt avant qu’après. Aime-moi toujours comme je t’aime. Sois bien sage et bien raisonnable, mais pas trop cochon. Si nous voulons, nous ferons des bêtises. » (Parlé.) Onze heures dix… Elle ne viendra pas. (Relisant.) « …Mardi, à midi… » (Parlé.) Elle n’est pas en retard… Mettons sa chaise… Onze heures et demie ! (Relisant.) « …Je serai chez toi plutôt avant qu’après… » (Parlé.) Onze heures trois quarts !… (On entend toc, toc, à la porte.) Qui est là ?…


— 191 —