Page:Les régiments d'infanterie de Compiègne.djvu/133

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


se rend à Méziré, puis relève le 2e bataillon qui vient à Méziré pour une semaine de repos et d’instruction et prolonge son séjour pour l’aménagement d’un terrain d’aviation entre Méziré et Morvillars.

Le 9 février, l’état-major du régiment quitte Delle pour s’installer à Morvillars.

Le séjour dans ce secteur se prolonge jusqu’au 11 mars. Il est marqué par une visite du général Pétain et de M. Clemenceau.

Le 11 mars, le 54e fait mouvement avec la 12e division vers le camp de Noroy-le-Bourg.

Les cantonnements sont :

11 Mars : Audincourt (E.-M.), Etupes et Exincourt (1er bat.), Audincourt et Taillecourt (2e bat.), Méziré (3e bat.).
12 Mars : Colombier-Fontaine (E.-M.), Saint-Maurice, Longevelle-sur-Doubs (1er), Longevelle-sur-Doubs, La Prêtière (2e), Colombier-Fontaine, Saint-Maurice-Echelotte (3e).
13 Mars : Fallon (E.-M.), Abbemans (1er et 2e), Bournois 3e).
16 Mars : Mollans (E.-M. 3e), Pomoy (1er), Genevreuille 2e).

À Partir du 16 mars, le régiment est à l’instruction et prend part à plusieurs manœuvres de division.

À la fin du séjour, la grande offensive allemande sur les Anglais se déclenche : sa réussite laisse présager un prochain déplacement. En effet, le 25 arrive l’ordre de départ.

La division va collaborer activement à l’arrêt de l’offensive allemande.

XIV. — EN PICARDIE[1]
(28 Mars-11 Avril 1918.)

À Partir du 25 mars, la 12e division est transportée par voie ferrée dans la région de Montdidier, que l’ennemi menace.

Le 26 mars, le 54e s’embarque en chemin de fer à Vesoul. Pour nuire aux mouvements de troupe, l’ennemi a bombardé les gares du réseau de l’Est, retardant l’arrivée des renforts.

Le 28 mars, le régiment débarque à Estrées Saint-Denis et à Verberie (1er). Il y apprend que Compiègne est de nouveau évacué par la population. Les autos-camions l’amènent aux cantonnements

  1. Les opérations en Picardie sont dénommées officiellement : Bataille de l’Avre et 2e Bataille de Picardie. Voir carte générale à la fin du volume.