Page:Les voyages advantureux de Fernand Mendez Pinto.djvu/350

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
332
Voyages Aduentureux

Ciel, & dire ce qui luy ſembloit eſtre neceſſaire pour remedier à vne affliction ſi grande que celle où ils eſtoient. Sur quoy le petit garçon Silau regardant Nancaa, les Hiſtoires font foy qu’il luy diſt ces paroles : O foible & miſerable femme, maintenant que la triſteſſe & l’affliction te rendent plus troublée & plus confuſe que iamais, pour le peu de remede que l’entendement humain te repreſnne, ſouſmets toy par humbles ſouſpirs à la puiſſante main du Seigneur. Eſloigne donc, ou à tous le moins taſche d’eſloigner ton cœur des vanitez de la terre, eſleuant auev foy & eſperance tes yeux en haut, & tu verras ce que peut le cœur d’vn innocent affligé & pourſuiuy devant la Iuſtice de celuy qui t’a crée. Car dés l’heure qu’en toute humilité tu as declaré au Tout-puiſſant ton foible pouuoir : incontinent du haut des Cieux la victoire t’a eſté donnée ſur le Tyran Silau, auec de grandes promeſſes que le Seigneur de tous les hommes te manifeſte a par moy, ſa moindre fourmy. Voila pourquoy ie te commande de ſa part que tu embarques dans les vaiſſeaux de tes ennemis, tes enfans, & toute ta famille. Alors au confus murmure des eaux tu roderas toute la terre, veillant tous les ans auec la douleur de ton bras, pource qu’auparauant que tu arrives au bord de la riuiere, il ſe monſtrera où pour vne longue demeure tu dois poſer le fondement d’vne maiſon dont la reputation ira ſi auant, que la miſericorde du Tres haut y ſera publiée au ſiecles des ſiecles, par la voix & le ſang d’vn peuple eſtranger, dont les cris luy ſeront außi agreables que ceux des petits enfans qui ſont au berceau. Cela dit, l’Hiſtoire rapporte que ce petit enfant tomba par terre tout roide mort ; ce qui fut vne choſe de laquelle Nancaa & tous les ſiens furent grandement eſtonnez. Cette meſme Hiſtoire raconte, & ie l’ay pluſieurs fois ouy lire, que cinq iours apres ce ſuccés vn matin l’on vid deſcendre à val la riuiere l’armée des trente Iangas, dont les vaiſſeaux eſtoient fort bien équipez, mais où il n’y auoit pas vn ſeul homme. La raiſon de cecy au rapport de l’Hiſtoire que les Chinois tiennent pour tres-veritable, fut que tous ces Nauires de guerre s’eſtant ioints enſemble afin d’executer impitoyablement ſur la pauure Nancaa, enſemble ſur ſes trois enfans, & ſur tous les autres qui l’accompagnoient, les cruelles & damnables intentions du Tyran Silau ; vne nuict