Page:Lettre aux citoyens de couleur et nègres libres de Saint-Domingue, et autres isles françoises de l’Amérique.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

LETTRE

AUX CITOYENS DE COULEUR

ET NÈGRES LIBRES

DE SAINT-DOMINGUE

ET DES AUTRES ISLES FRANÇOISES
DE L’AMÉRIQUE


Par M. Grégoire, Député à l’Assemblée Nationale, Évêque du Département de Loir et Cher.



AMIS,


Vous étiez hommes, vous êtes citoyens et réintégrés dans la plénitude de vos droits, vous participerez désormais à la souveraineté du peuple. Le décret que l’assemblée nationale vient de rendre à votre égard, sur cet objet, n’est point une grâce, car une grâce est un privilège, un privilège est une injustice ; et ces mots ne doivent plus souiller le code des François. En vous assurant l’exercice des droits politiques, nous avons acquitté