Page:Libertad - Autour d'une mort, paru dans L'Anarchie, le 13-07-1905.djvu/2

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Autour

d’une Mort



Un homme est mort.

Toute la clique des courtisans, tous les valets de presse, tous les nécrophiles ont bavé sur lui, gentiment.

Henri Rochefort et Lucien Descaves, ceux de la Petite République et ceux du Matin ont fait le panégyrique du mort. Pas de ses idées… toujours vivantes, mais du corps qui entre en désagrégation.

C’était l’anarchiste modèle, comme il fallait être, le bon, le pur. Et les gens à la Jules Simon qui avaient travaillé à son séquestre, les honnêtes de l’ordre moral qui n’avaient lâché leur proie que devant le cri d’indignation, d’ailleurs vertueusement intéressé, de la science universelle, se lamente sur cette disparition, d’un commun accord. Crocodiles et valets, ça pleure à la ligne.

Moi, je ne connaissais pas cet homme, je ne l’ai jamais vu, il ne devait même pas savoir que j’existais ; j’ai eu le bonheur de lire son œuvre scientifique, de feuilleter son œuvre philosophique. J’ai une opinion à jeter sur lui. Cet homme puissant par lui-même, était