Page:Lignon - Importance de la conformation de la tête sur les aptitudes du cheval.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 35 —

Tête moutonnée. — Elle a une convexité moins développée que la précédente, et qui ne commence qu’au chanfrein ; elle présente à peu près les mêmes défectuosités.

Tête de lièvre. — Elle possède les mêmes désavantages que la tête busquée et la tête moutonnée, avec lesquelles elle est ordinairement confondue.

Tête camuse ou camarde. — Cette conformation est opposée à la précédente : la courbe est une concavité au lieu d’une convexité. Elle n’a pas tant de désavantages : car avec ce vice de conformation, qui diminue un peu l’espace des cavités nasales, mais qui n’entre en rien dans la largeur des premières voies, on leur trouve une partie inférieure courte, un crâne large et développé, les yeux et les oreilles éloignés les uns des autres. Elle plaît en général et dénote une grande vigueur et une intelligence développée. On a longtemps cru, mais à tort, qu’elle était particulière aux animaux vicieux. Non, et à moins qu’on ne prenne la vigueur pour un vice, on ne peut croire que cette idée soit juste et avérée ; elle a été généralisée par le fait de quelques circonstances malheureuses qui se sont présentées sur un ou plusieurs chevaux atteints de cette défectuosité coïncidant avec quelques vices qu’ils possédaient, et qui ont suffi pour lui susciter une injuste calomnie ; il est rare, en effet, de ne pas trouver dans quelques races que ce soit des animaux vicieux, à côté de chevaux de grand mérite au point de vue du caractère. Les chevaux bretons sont ceux qui présentent le plus souvent cette particularité.

Tête de rhinocéros. — On la rencontre chez quelques animaux communs de provenance dégénérée, chez lesquels elle s’est développée spontanément ; mais on la trouve le plus