Page:Lissagaray - Histoire de la Commune de 1871, MS.djvu/340

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



tiraillent sur place. Aux Batignolles, ils n’avancent pas ; mais leurs projectiles vident la rue Lévis. Les fédérés perdent beaucoup de monde rue Cardinet où des enfants se battent endiablés.

Malon et Jaclard qui dirigent cette défense, demandent depuis le matin des renforts à Montmartre. Vers une heure, ils vont les chercher eux-mêmes. Personne à l’état-major ne peut leur fournir la moindre indication. Les fédérés errent au hasard dans les rues ou causent par petits groupes. Malon veut les emmener ; ils s’y refusent, se réservant, disent-ils, pour leur quartier. Les canons des buttes sont muets, manquant de gargousses. L’Hôtel-de-Ville n’a envoyé que des paroles.

Il y a cependant deux généraux sur la hauteur, Cluseret et La Cécilia. L’ex-délégué promène mélancoliquement sa somnolente incapacité. La Cécilia, inconnu dans ce quartier se voit impuissant.

Deux heures. — L’Hôtel-de-Ville a repris sa figure de Mars. À droite, le Comité de salut public, à gauche, la Guerre sont envahis. Le Comité Central multiplie ses ordres et déclame contre l’incapacité des membres de la Commune ; il est incapable lui-même de formuler une idée précise. Le comité d’artillerie s’embrouille toujours dans ses canons, ne sait à qui faire droit et refuse souvent des pièces pour les positions les plus importantes.

Les délégués du congrès de Lyon viennent offrir leur intervention. L’avant-veille M. Thiers les avait éconduits : que pouvaient-ils après l’entrée des troupes ? Rien. Le Comité de salut public le comprend et il les accueille assez froidement. Beaucoup à l’Hôtel-de-Ville croient d’ailleurs à la victoire et se réjouissent presque de l’entrée des Versaillais qu’on écrasera plus facilement.

Les barricades commencent à pousser. Celle de la rue de Rivoli qui protégera l’Hôtel-de-Ville, se dresse à l’entrée du square Saint-Jacques, au coin de la rue Saint-Denis. Cinquante ouvriers du métier, bâtissent, maçonnent, et des gamins brouettent la terre du square. Cet ouvrage de plusieurs mètres de profondeur, haut de six, avec des fossés, des embrasures, une avancée, aussi solide que la redoute Saint-Florentin qui avait