Page:Lissagaray - Histoire de la Commune de 1871, MS.djvu/439

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



pables, avides de travail, étaient forcés de voler pour avoir une paire de chaussettes et n’avaient pas d’autre alternative que de tomber sous les balles ou de tomber sous la faim.




CHAPITRE XXXV


« À Versailles, tous les moyens ont été employés pour assurer l’instruction la plus sérieuse, la plus attentive, la plus complète de tous les procès qui ont été jugés… Je tiens donc que les jugements qui ont été rendus ne sont pas seulement en droit, d’après toutes nos lois, inattaquables, mais que, pour la conscience la plus scrupuleuse, ils sont des jugements qui ont dit la vérité. » (Très bien ! Très bien !)
Le garde des sceaux Dufaure. Séance du 18 mai 76

Les Conseils de guerre. — Les supplices. — Bilan des condamnations.

Vingt-six conseils de guerre, vingt-six mitrailleuses judiciaires fonctionnèrent à Versailles, Paris, Vincennes, au Mont-Valérien, à Saint-Cloud, Sèvres, Saint-Germain, Rambouillet jusqu’à Chartres. Dans la composition de ces tribunaux, toutes les apparences de justice, tous les règlements militaires furent méprisés. L’Assemblée ne s’était même pas inquiétée de définir leurs prérogatives. Et ces officiers encore tout chauds de la lutte, et pour qui toute résistance même