Page:Lissagaray - Histoire de la Commune de 1871, MS.djvu/460

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

CHAPITRE XXXVI


« J’ai été proscrit, je ne serai pas proscripteur. »
M. Thiers. Assemblée Nationale. Avril 71.

« Les déportés sont plus heureux que nos soldats, car nos soldats ont des factions à faire, tandis que le déporté vit au milieu des fleurs de son jardin. »
L’Amiral Fourichon. Séance du 17 Mai 76.

La Nouvelle-Calédonie. — L’Exil.

À un jour de la France, il est une colonie avide de travailleurs, assez riche pour enrichir des centaines de milliers de familles, la grande réserve de la métropole. La bourgeoisie victorieuse des travailleurs a toujours préféré les jeter à travers les océans que d’en féconder l’Algérie. L’Assemblée de 48 eut Nouka-Hiva, l’Assemblée versaillaise la Nouvelle-Calédonie. C’est sur ce roc à six mille lieues de la patrie qu’elle décida d’immobiliser des milliers de virils. « Le Gouvernement, disait le rapporteur de la loi, donne aux déportés une famille et un foyer. » La mitrailleuse était plus honnête.

Les condamnés à la déportation furent accumulés dans plusieurs dépôts : le fort Boyard, Saint-Martin-de-Ré, l’île d’Oléron, l’île d’Aix, le fort de Quélern, etc., où pendant de longs mois ils languirent entre le désespoir et l’espérance qui n’abandonne jamais les vaincus politiques. Un jour, quand ils se croient oubliés, sonne un appel brutal : À la visite ! Un médecin les toise, les interroge, n’écoute pas, dit : Bon pour le départ. Qu’un