Page:Lissagaray - Histoire de la Commune de 1871, MS.djvu/507

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


APPENDICE




I

Dans l’aimable intimité ils s’amusaient beaucoup de cette défense

Le Comité Central trouva dans les bureaux de la Guerre et l’Officiel de la Commune publia, le 25 avril, la lettre suivante du commandant supérieur de l’artillerie de l’armée au général Suzane :

« Paris, 12 décembre 1870.

« Mon cher Suzane,

« Je n’ai pas trouvé, au nombre des jeunes auxiliaires, votre protégé Hetzel, mais seulement un M. Hessel. Est-ce de celui-là qu’il s’agit ?

« Dites-moi franchement ce que vous désirez et je le ferai. Je le prendrai à mon état-major où il s’embêtera, n’ayant rien à faire, ou bien je l’enverrai au Mont-Valérien, où il courra moins de danger qu’à Paris (ceci pour les parents), et où il aura l’air de tirer le canon en l’air selon la méthode Noël.

« Déboutonnez-vous, la bouche, bien entendu.

« À vous,

« Guiod. »

Le Noël en question commandait à cette époque le Mont-Valérien.

Ce Guiod valait bien ce Suzane. Sous l’Empire, un