Page:Lissagaray - Histoire de la Commune de 1871, MS.djvu/549

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il parlait de 150 000 francs, puis il s’est interrompu pour me dire : « Je vois bien que vous allez me faire fusiller. C’est inutile que j’en dise davantage, » Je lui ai dit : " Vous persistez ? — Oui. » Il a été fusillé. (Enquête sur le 18 Mars, t. II, p. 234.)


XXXIV


ils fusillèrent un Brunel, dans les appartements de Mme Fould

On lisait dans les Débats :

« Le commandant Brunel a été découvert jeudi, dans une maison de la place Vendôme, n° 24, où il s’était réfugié, blotti dans une armoire à robes. Quelques coups de pistolet le tuèrent immédiatement. »

On lisait dans le Petit Journal :

« Brunel était chez sa maîtresse. Cette femme a été également passée par les armes. Après cette double exécution, les scellés ont été apposés sur les portes de l’appartement. »

L’assassinat fut prouvé devant les tribunaux dans le procès de l’Almanach Raspail.


XXXV


Le Gaulois publia le récit d’un chirurgien qui avait assisté à l’exécution de Vallès

« Le fait, disait le chirurgien [1], s’est passé le jeudi 25 mai, à six heures et quelques minutes du soir, dans la petite rue des Prêtres-Saint-Germain-l’Auxerrois. Vallès sortait du théâtre du Châtelet, emmené par le peloton d’exécution chargé de le fusiller [2]. Il était vêtu d’une jaquette noire et d’un pantalon clair d’une nuance jaunâtre. Il ne portait point de chapeau, et sa barbe, qu’il

  1. M. Bastin, médecin à Asnières.
  2. Les massacres n’étaient pas encore centralisés caserne Lobau.