Page:Lissagaray - Histoire de la Commune de 1871, MS.djvu/563

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



on semblait nous demander pardon, s’excuser presque. Après les journées de Mai, plus de clémence ; on savait que nous ne serions point les maîtres.

« Gite : vingt casemates, où nous étions répartis par quarante, couchés à côté les uns des autres sur des paillasses souillées par des prisonniers antérieurs. Dans les casemates au niveau de la cour, l’air devenait affreusement infect pendant la nuit ; mais dans les casemates du bas, l’odeur devenait encore plus fétide. Les fosses d’aisance, mal construites, laissaient suinter leur contenu à travers les murailles et, le matin, l’essence d’excréments remplissait la première casemate jusqu’à un et deux pouces de profondeur. Il y avait des casemates vides du côté opposé ; on n’eut pas l’idée d’y transférer les prisonniers. Plus tard, quand aux huit cents captifs vinrent s’en ajouter deux cents autres, on les mit dans une baraque au milieu de la cour ; quand il pleuvait, et il pleuvait souvent, la baraque était pleine d’eau.

« Nourriture : premier mois, biscuit et lard rance. « Celui qui prétendra que le biscuit est moisi ira au cachot ! » — Deuxième mois, un peu de bouilli tous les dimanches ; les autres jours, de la « soupe » et alternativement du pain et du biscuit. La cantine était tenue par un petit juif représentant d’un ancien prisonnier (je le crois du moins, mais je ne l’affirme pas), devenu entrepreneur de fournitures de la prison. D’après le cahier des charges, son bénéfice devait être limité à 10 0/0. Aussi les bénéfices calculés par nous n’ont guère dépassé 480 ou 500 0/0. Grâce à l’air de la montagne et à la force d’âme qui nous soutenait, tout allait encore assez bien — il n’y avait eu que cinq morts — lorsque Jules Simon arriva pour adoucir notre sort. Il daigna trouver que ses anciens électeurs — je n’étais pas du nombre — avaient fort mauvaise mine et l’on décida qu’on aurait recours à la sévérité. Le lendemain, ordre de me transférer arrive à la prison, les cours que nous avions fondés sont fermés par ordre du ministre de l’Instruction publique et huit jours après un semblant de bibliothèque que nous avions est interdit. En même temps, le régime du cachot commence pour les récalcitrants. Mon meilleur ami, fort mal vu à cause de cette amitié, en a pour trente-cinq jours ; un autre pour plus de deux mois. Enfin, m’a-t-on dit, le père Delaunay ayant été appelé à d’autres fonctions — prison de Loos — mes camarades respirèrent. Un Corse qu’on appela à Quélern les traita beaucoup plus humainement.

« 4° Trébéron, hospice militaire, sur une petite île de