Page:Lissagaray - Histoire de la Commune de 1871, MS.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Devenus Gouvernement, ils battent la même chamade, expédient M. Thiers quêter la paix par toute l’Europe, et Jules Favre à Bismarck. Quand tout Paris leur crie : « Défendez-nous, chassons l’ennemi, » ils applaudissent, acceptent, et tout bas ils disent : « Tu vas traiter. » Il n’y a pas dans l’histoire de trahison plus haute. Les hommes du 4 Septembre ont-ils, oui ou non, détourné le mandat qu’ils avaient reçu ? « Oui », sera le verdict des siècles.

Mandat tacite, il est vrai, mais tellement formel que tout Paris tressaillit au récit de Ferrières. La seule idée de capituler bouleversait les bonnetiers les plus calmes. Paris d’un bout à l’autre avait pris son parti de lutte à outrance. Les Défenseurs durent ajourner, céder à ce qu’ils nommèrent la « folie du siège, » s’estimant les seuls dans Paris qui n’eussent pas perdu la tête. On se battrait, puisque ces Parisiens n’en voulaient point démordre, mais uniquement pour leur faire jeter leur gourme. Le 14, lorsque Trochu revint de voir ce que « jamais, dit-il, général d’armée n’a eu sous les yeux, trois cents bataillons organisés, armés, encadrés par la population tout entière, acclamant la défense de Paris », il fut ému, dit-on, annonça qu’il pourrait tenir les remparts[1]. Ce fut le maximum de son enthousiasme. Tenir, ne pas ouvrir les portes. Quant à instruire à fond ces trois cent mille gardes nationaux, les joindre aux deux cent quarante mille soldats mobiles et marins amoncelés dans Paris et, de toutes ces forces, faire un puissant fléau dont on chasserait l’ennemi jusqu’au Rhin, il n’y songea jamais. Ses collègues n’y pensèrent pas davantage, ne disputèrent avec lui que sur le plus ou moins de chicanes à faire aux généraux prussiens.

Il était pour les moyens doux, en dévot qui n’aime pas les éclats inutiles. Puisque la grande ville devait tomber, de par tous les manuels militaires, il lui ferait une chute aussi peu sanglante que possible. Laissant donc l’ennemi s’établir à son aise autour de Paris, Trochu organisa pour la galerie quelques escarmouches.

  1. Enquête sur le 4 Septembre. Garnier-Pagès.