Page:Liszt - F. Chopin, 1879.djvu/204

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


styles divers dans les différentes branches de l’art, des négociations, des traités et des pactes, semblables à ceux qui forment le but et les moyens de la diplomatie, aussi bien que les artifices et l’abandon de certains scrupules qui en sont inséparables. En refusant d’étayer ses productions d’aucun de ces secours extrinsèques qui forcent le public à leur faire bon accueil, il disait assez qu’il se fiait à leurs beautés pour être sûr qu’elles se feraient apprécier d’elles-mêmes. Il ne tenait pas à hâter et à faciliter leur acceptation immédiate.

Toutefois, Chopin était si intimement et si uniquement pénétré des sentimens dont il croyait avoir connu dans sa jeunesse les types les plus adorables, de ces sentimens que seuls il lui plaisait de confier à l’art ; il envisageait celui-ci si invariablement d’un unique et même point de vue, que ses prédilections d’artiste ne pouvaient manquer de s’en ressentir. Dans les grands modèles et les chefs-d’œuvre de l’art, il recherchait uniquement ce qui correspondait à sa nature. Ce qui s’en rapprochait lui plaisait ; ce qui s’en éloignait obtenait à peine justice de lui. Rêvant et réunissant en lui-même les qualités souvent opposées de la passion et de la grâce, il possédait une grande sûreté de jugement et se préservait d’une partialité mesquine. Il ne s’arrêtait guère devant les plus grandes beautés et les plus grands mérites, lorsqu’ils blessaient l’une ou l’autre des faces de sa conception poétique. Quelque admiration qu’il eût pour les œuvres de Beethoven, certaines parties lui en