Page:Liszt - F. Chopin, 1879.djvu/206

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


« muler ses pensées ou recueillir celles des autres <que quand elles étaient arrivées à une certaine « élévation. » ’)

Cette nature si constamment maîtresse d’elle-même, pour laquelle la divination, l’entre-vue, le pressentiment, offraient ce charme de l’inachevé, si cher aux poëtes qui savent la fin des mots interrompus et des pensées tronquées ; cette nature si pleine de délicates réserves, ne pouvait éprouver qu’un ennui, comme scandalisé, devant l’impudeur de ce qui ne laissait rien à pénétrer, rien à comprendre au delà. Nous pensons que s’il lui avait fallu se prononcer à cet égard, il eût avoué qu’à son goût il n’était permis d’exprimer les sentimens qu’à condition d’en laisser la meilleure partie à deviner. Si, ce qu’on est convenu d’appeler le classique dans l’art, lui semblait imposer des restrictions trop méthodiques, s’il refusait de se laisser garrotter par ces menottes et glacer par ce système conventionnel, s’il ne voulait pas s’enfermer dans les symétries d’une cage, c’était pour s’élever dans les nues, chanter comme l’alouette plus près du bleu du ciel, ne devoir jamais descendre de ces hauteurs. Il eut voulu ne se livrer au repos qu’en planant dans les régions élevées, comme l’oiseau de paradis dont on disait jadis qu’il ne goûtait le sommeil qu’en restant les ailes étendues, bercé par les souffles de l’espace, au haut des airs où

1) M*. Sand. Lucrezin Floriant.