Page:Liszt - F. Chopin, 1879.djvu/318

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


rendu leur primitive grâce, dans une esquisse qu’on modela de suite et qu’on exécuta depuis en marbre pour son tombeau.

L’admiration pieuse de Chopin pour le génie de Mozart, lui fit demander que son Requiem fût exécuté à ses funérailles ; ce vœu fut accompli. Ses obsèques eurent lieu à l’église de la Madeleine, le 30 octobre 1849, retardées jusqu’à ce jour afin que l’exécution de cette grande œuvre fût digne du maître et du disciple. Les principaux artistes de Paris voulurent y prendre part. A l’Introït, on entendit la Marche funèbre du grand artiste qui venait de mourir ; elle fut instrumentée à cette occasion par M. Reber. Le mystérieux souvenir de la patrie qu’il y avait enfoui, accompagna le noble barde polonais à son dernier séjour. A l’offertoire, M. Lefebure Vély exécuta sur l’orgue les admirables Préludes de Chopin en si et mi mineurs. Les parties de solos du Requiem furent réclamées par M""8 Viardot et Castellan ; Lablache, qui avait chanté le Tuba mirum de ce’même Requiem, en 1827, à l’enterrement de Beethoven, le chanta encore cette fois. Meyerbeer, qui alors en avait joué la partie de timballes, conduisit le deuil avec le prince Adam Czartoryski. Les coins du poêle étaient tenus par le prince Alexandre Czartoryski, Delacroix, Franchomme et Gutmann.