Page:Liszt - F. Chopin, 1879.djvu/319

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Quelque insuffisantes que soient ces pages pour parler de Chopin selon nos désirs, nous espérons que l’attrait qu’à si juste titre son nom exerce, comblera tout ce qui leur manque. Si à ces lignes, empreintes du souvenir de ses œuvres et de tout ce qui lui fut cher, auxquelles la vérité d’un regret, d’un respect et d’un enthousiasme vivement sentis, pourra seule prêter un don persuasif et sympathique, il nous fallait ajouter encore les mots que nous dicterait l’inévitable retour sur soi-même, que fait faire à l’homme chaque mort qui enlève d’autour de lui des contemporains de sa jeunesse et qui brise les premiers liens noués par son cœur illusionné et confiant, d’autant plus douloureusement qu’ils avaient été assez solides pour survivre à cette jeunesse, nous dirions que dans le courant d’une même année nous avons perdu les deux plus chers