Page:Liszt - F. Chopin, 1879.djvu/73

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Les longs intervalles qui séparent l’apparition successive des paires étant réservés aux causeries des danseurs, lorsque leur tour de paraître arrive, la scène ne se passe plus entre eux, mais d’eux au public. C’est devant lui que l’homme se montre vain de celle dont il a su obtenir la préférence ; c’est devant lui qu’elle doit lui faire honneur ; c’est à lui donc qu’elle cherche à plaire, puisque les suffrages qu’elle obtient, rejaillissant sur son danseur, deviennent pour lui la plus flatteuse des coquetteries. Au dernier instant, elle semble les lui reporter formellement en s’élançant vers lui et se reposant sur son bras, mouvement qui plus que tous les autres est susceptible de mille nuances que savent lui donner la bienveillance et l’adresse féminines, depuis l’élan passionné jusqu’à l’abandon le plus distrait.

Pour commencer, toutes les paires se donnent la main et forment une grande chaîne vivante et mouvante. Se rangeant dans un cercle dont la courte rotation éblouit la vue, elles tressent une couronne dont chaque femme est une fleur, seule de son espèce, et dont, semblable à un noir feuillage, le costume uniforme des hommes relève les couleurs variées. Toutes les paires ensuite s’élancent les unes après les autres en suivant la première, qui est la paire d’honneur, avec une scintillante animation et une jalouse rivalité, défilant devant les spectateurs comme une revue, dont l’énumération ne le céderait guère en intérêt à celles qu’Homère et le Tasse font des armées prêtes à se