Page:Littré - Pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l’usage.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


gisme pour Amyot, pour Montaigne, pour d’Aubigné. Il faut les remercier de n’avoir pas repoussé d’une plume dédaigneuse le nouveau venu ; car il est de bonne signification, et figure bien à côté d’obstination, obstinément, obstiner ; ce sont là des termes anciens. Il est heureux qu’opiniâtre ne les ait pas fait tomber en désuétude ; cela arrive maintes fois.

Ordonner. — L’ancienne forme est ordener ; de même on disait ordenance. Cela est régulier ; car le latin ordinare, avec son i bref, n’a pu donner que ordener. Ordonner ne se montre qu’au quatorzième siècle, et aussitôt il supplante tout à fait ordener, qui ne reparaît plus. D’où vient cet o substitué à l’e primitif ? On ne peut y voir qu’une faute de prononciation. Les fautes de ce genre sont faciles à commettre et quelquefois très difficiles à réparer ; témoin ordener, qui en est resté victime, et ordonner, dont l’usage présent ne soupçonne pas la tache originelle.

Ordre. — Dans l’ancienne langue, ordre signifie uniquement arrangement, disposition, et aussi compagnie monastique. Le sens d’injonction, prescription, ne s’y rencontre pas ; on ne le voit apparaître qu’au dix-septième siècle, et alors il est courant parmi les meilleurs auteurs. C’était pourtant un vigoureux