Page:Littré - Pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l’usage.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pape lart. » Paper le lard, c’est-à-dire s’adjuger les bons morceaux par-derrière, c’est-à-dire sans que les autres s’en aperçoivent, est un tour de papelardie, et de cette papelardie il n’y a pas loin à celle de l’hypocrisie générale qui ne se borne plus à paper le lard, mais qui se revêt du masque des vertus vénérées, le tout, il est vrai, pour faire son chemin ou sa fortune, comme ce bon M. Tartuffe. En définitive, paper le lard et faire l’hypocrite sont devenus synonymes, et la plus ancienne langue s’est gaussée de la fausse dévotion, qui trompe sous un masque respecté les imbéciles et qui s’adjuge les bons morceaux.

Papillote. — Il faut vraiment admirer le joli de certaines imaginations dont l’usage est capable. La langue avait, à côté de papillon, une forme moins usitée, papillot. Au quinzième siècle, on va dénicher ce papillot et en tirer une assimilation avec le morceau de papier qui sert à envelopper les boucles de cheveux des dames avant de les friser. Celui qui l’a fait mérite toute louange pour cet ingénieux néologisme. Notez, en outre, les sens variés de papilloter, tous dérivés de ce papillon qu’une heureuse et riante imagination a logé dans la papillote.

Parole. — Où est la pathologie à dire parole ou lieu de verbe, qui eût été le mot propre ?