Page:Lombard - Essai historique sur l’introduction du christianisme dans l’île de Tahiti.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


principalement celle de Tahiti et d’Eimeo. Cette dernière porte aujourd’hui le nom de Moorea.

Les archipels avoisinant celui de la Société sont : au Nord-Est les îles Marquises ou Nouka-Hiva, à l’Est, l’archipel Pomotou, au Sud-Est les îles Gambier, au Sud les îles d’Hervey et à l’Ouest les îles Samoa.

Tahiti est formé de deux péninsules réunies par un isthme de trois kilomètres de largeur. La première péninsule est presque circulaire ; son diamètre est d’environ 35 kilomètres ; elle porte le nom de Tahiti-Noui (Tahiti la Grande), la seconde un peu plus longue que large a une superficie moindre ; elle se nomme Taiarabou ou Tahiti-Ili (Tahiti la Petite). Eimeo, dont le sort fut toujours le même que celui de Tahiti et dont l’histoire sera donc aussi comprise dans notre étude, est de forme triangulaire. De Papeete, port principal de Tahiti, on aperçoit à l’Ouest ses crêtes dentelées.

Tahiti, la perle et le diamant du cinquième monde, comme a dit Dumont d’Urville, fait au voyageur qui arrive d’Amérique ou d’Australie la plus délicieuse et la plus grandiose des impressions.

Vue de loin, elle a la forme d’une immense pyramide de verdure semblant surgir du fond des mers ; vue de près, les détails du tableau apparaissent dans toute leur grâce : ce ne sont que monticules, larges vallées, collines luxuriantes de végétation, prés immenses et bois de cocotiers bordant le rivage.

Papeete, la grande ville tahitienne, se laisse difficilement découvrir par l’étranger. Cachée sous la végétation elle ne laisse voir qu’une église et quelques maisons sur