Page:Londres - Le chemin de Buenos-Aires, 1927.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
90
LE CHEMIN DE BUENOS-AIRES

fait la sienne, en supplément ! Savez-vous ce qu’elle est devenue ? elle est ministresse. C’est la femme du ministre de la Justice du… Voilà ce que nous faisons des femmes quand on nous les confie et qu’elles méritent notre attention !

— Et après Victor, après ?

— Le juge d’instruction, nous l’appelons le curieux. Nous avons connu beaucoup de juges d’instruction, ils n’étaient pas curieux comme vous.

— Vide ton sac jusqu’au fond, fit Vacabana.

— Voyez cet appartement. Ici ce n’est pas chez moi. J’ai le même à dix minutes, dans Charcas. J’ai aussi un appartement à Londres, un flat Old Koston Street. Donc une femme à Buenos-Aires, une femme à Londres, j’en ai une autre au Campo, c’est-à-dire dans la province argentine, à Rosario, une quatrième à la Boca, vous savez, le long du Rio de la Plata (si je sais !). Eh bien cela me suffit. Je vaux, net, deux millions. J’ai trente-sept ans, cinq de prison. Et je suis pensionné de guerre de la République Française. Rentré en 14. Blessé en 16 : voilà ma cuisse ! Réformé en 17, voilà mes pièces ! Et je vais au Consulat de France, plaça Lavalle, au cinquième étage, toucher le prix du morceau de viande que j’ai perdu dans ce voyage… Là aussi je vis de chair humaine, mais pour une fois, c’est la mienne !