Page:Longnon - Pouillés de la province de Sens.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


HtSTOR. DE FHACE. POCtLLES, IV.

A

tUt’RtMtmttX~TtOXJtTT :.

L’ancienne province ecclésiastique de Sens était identique à celle des provinces de Gaule que les monuments écrits des derniers temps de l’Empire romain appellent la Quatrième Lyonnaise, provincia Ln~snc/M~ quarta. La Quatrième Lyonnaise comprenait sept cités, et chacune d’elles donna naissance à l’un des diocèses dont la province ecclésiastique se composait avant la création d’un huitième siège épiscopal à Nevers. La correspondance entre les deux divisions sera rendue plus sensible par le tableau comparatif suivant, dont la première colonne reproduit le texte d’un chapitre de la Notitia proM’c :’<vf’W et C :HM Cr<

PROVINCÎA LUGDUNENSIS QUART.

NUMERO YII.

Met.ropo !is civitas Senonum.

Civitas Carnotum.

Civitas Autissiodorum

Civitas Tricassium.

Civitas Aurelianorum.

Civitas Parisior um.

Civitas Meiduoruju.

Chacun des sept diocèses primitifs de la province do Sens remonte à l’époque romaine. Les hasards de la politique ayant amené, vers la fin du v’’siècle, la division de la cité d’Auxerre entre le royaume des Francs et celui des Bourguignons, il en résulta la création d’une nouvelle circonscription territoriale la partie de la civitas J.H~.M :’o~o/’Hm, alors soumise aux Bourguignons, constitua dans l’ordre ecclésiastique le diocèse de Nevers et dans l’ordre civil le p~ :M ~V :’t~r/ïe/M :.f ou Nivernais, qui eurent pour cheMIeu un centre de population déjà mentionné dans les Itinéraires romains~). Jusqu’en ces derniers temps, les érudits considéraient le diocèse de Nevers comme un démembrement de l’ancien evôchc d’Autun. JI INTRODUCTION.

PROVINCE ECCLÉSIASTIQUE DE SENS, COMPRENANT X L’ORIGINE SEPT DIOCESES. Diocèse métropolitain de Sens.

Diocèse de Chartres.

Diocèse d’Auxerre.

Diocèse de Troyes.

Diocèse d’Orléans.

Diocèse de Paris.

Diocèse de Meaux.

est à peine besoin de rappeler qu’en ce cas, l’Évoque de Nevers serait devenu l’un des suffragants de l’archevêque de Lyon.