Page:Longnon - Pouillés de la province de Sens.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION.

LVI

bientôt remplacé à son tour par celui de doyenné de Chelles, relevé pour la première fois en un document datant de l’an 1260 environ~). Dès i 1Q~, Châteaufort était considéré comme le siège du doyenné occidental de l’archidiaconé de Jasas, et il figure au même titre en divers textes du xi !~ siècle commençant~). Son titulaire est néanmoins qualilié doyen de Saclay en j 282 ~) et doyen d’Issy en i 261 M, tandis qu’un document rédigé vers cette dernière date substitue l’expression de doyenné de Massyt~ à la locution de doyenné de Châteaufort qui ne tarde pas néanmoins à prévaloir définitivement.

C’est sous le nom de doyenné de Linas que le pouillé de 1206 désigne la partie orientale de l’archidiaconé de JosasM, mais d’autres monuments du xni~ siècle l’appellent doyenné de Longjumeau~) ou doyenné d’EssonnesM, et c’est plus tard seulement qu’apparaît l’expression doyenné de Montihéry M. Moissy-l’Evéque est le plus ancien chef-lieu connu du doyenné méridional de Tarchidiaconé de Brie ; il paraît à ce titre en un acte de 116~~°), aussi bien que dans le pouillé de i 2 o5 ou la liste des abbayes et prieurés de 1260 Mais si, dès 1228, ce rang lui est disputé par Presles~), ce fut néanmoins une troisième paroisse, le Vieux-Corbeil, qui valut à cette circonscription ecclésiastique son nom définitif.

Le diocèse comprenait, en outre, trois circonscriptions ecclésiastiques absolument indépendantes des archidiaconés. C’étaient, d’une part, les deux archiprétrés, entre lesquels se divisaient la Ville et la Banlieue de Paris ; de l’autre, le doyenné de Champeaux.

Page 36a c H du présent volume.

Lebeuf, .B~f~ozre J :: cKocMe de Paris, t.VIII,p.A88.

Mjr&M.,t.VIII,p.5o9.

Car<H !an’e de Notre-Dame de Paris, édit. Guérard, t. III, p. 285.

~) Page 361 D H du présent volume.

Page 3 5i BF du présent volume.

II est~insi nommé en un acte de 1226 cité par Lebeuf (Histoire Ja diocèse’de Paris, t. X, p. 11~.) et dans la liste des abbayes et prieurés de 1260 environ (p. 36 BE du présent volume).

Page 35l, note i, du présent volume. Cette appellation est employée dans le compte de décimes de i35s (p. 385 B et 3ga du présent volume), et les vocables antérieurs sont, dès lors, tombés en désuétude. Lebeuf, 7 :f :s<o :re da diocèse de Paris, t. XIII, p. 177.

Page 357 du présent volume.

’") 7&M.,p. 36i (in capite).

Lebeuf (Histoire ~t : tHocMe Je .Paru, t. XIV. p. 181) cite un acte de 1238 mentionnant le doyen de Presles. Voir aussi, p. 357, note 1.