Page:Louÿs - Histoire du roi Gonzalve et des douze princesses, 1927.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






III


Physiquement purifiée, moralement instruite, Septima, cinq minutes plus tard, vint se blottir au milieu du lit, et, plutôt enfant que princesse :

« Merci, papa, dit-elle. Et merci, Chloris.

— Tu m’as dit merci d’avance pour ce que je vais t’accorder, fit le roi. Demande ce qui te fera plaisir. Que veux-tu ?

— Ce que je veux ? un plaisir pour toi, un plaisir pour elle ; mais je crois qu’elle est la plus pressée. Pourquoi rougissezvous, Mlle de Pranges ? Pourquoi vous tordez-vous ainsi ?

— Je suis en chaleur ! sourit Chloris mollement.

— Alors, papa, nommons-la pour ce soir maîtresse des cérémonies. Une fille en chaleur ne sait plus ce qu’elle dit. On ne s’ennuiera pas avec elle. »