Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


C’était hier, au coucher du soleil.

— D’où venait-il ?

— Je ne sais plus.

— Où allait-il ?

— Je ne l’ai pas regardé ».

Byblis poussa un long soupir.

« Et toi, dit-elle à l’autre nymphe, as-tu vu le fils de Cyanée ?

— Oui. Loin d’ici dans la montagne.

— D’où venait-il ?

— Je ne l’ai pas su.

— Où allait-il ?

— Je l’ai oublié ».

Puis elles reprirent, se dressant au milieu des eaux rapides :

« Reste avec nous, jeune fille, reste. Pourquoi songes-tu encore à celui qui n’est plus là ? Nous avons en trésor pour toi l’infini des joies présentes. Il n’y a pas de bonheur futur qui vaille la peine d’être poursuivi ».