Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


cette nuit souterraine, Dieu foudroyant ! Depuis qu’on m’a laissée libre, c’est toi qu’on a voulu murer, et moi je mourais sous le soleil, ignorant la retraite où se cachait ta splendeur par qui Persée a grossi dans mon sein ! Amant ! Amant ! Je suis là ! Eveille-toi ! Anime-toi ! Soulève-toi ! Je suis Danaë ! Danaë !… »

Et elle se roulait sur le métal glacé.

« Tu ne m’entends pas ?… Oh ! que tu es froid ! Mes mains sont comme dans la neige… Ah ! Ah !… il retombe… il ne me connaît plus. Ce n’est pas lui, nourrice… Dis-moi donc que ce n’est pas lui… J’avais bien deviné ce qui arriverait… Je ne vois plus… J’ai mal dans les bras…

— Venez, Danaë, dit la nourrice. Venez, remontez tout de suite. Il ne faut pas rester plus longtemps ici ».