Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Amaryllis s’étendit toute languissante sur la mousse, et du bout de sa branche de saule toucha la main du plus jeune homme.

« A toi, dit-elle ; parle à ton tour, Clinias. je veux un conte de toi ».

Clinias hésita quelque temps.

« J’ai retenu les légendes que tout le monde connaît ; mais je ne sais pas, comme Thrasès, les façonner selon mon esprit, ni comme toi les renouveler par la grâce des mots, Amaryllis. Je dirai ce que m’a raconté mon ami Biôn de