Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Le maître fit trois pas dans l’obscurité, et dit à voix haute :

« Sois le bienvenu. Entre chez moi ».

Quand ils furent entrés dans la salle et qu’on eût allumé les lampes de terre cuite :

« Voici l’eau, le pain et les fruits », dit l’Aethiopien.

Ils burent et mangèrent. Et l’hôte ne parlait pas, sachant qu’il est indiscret de poser des questions à qui n’y a pas répondu d’avance.

Celle dont le corps brun était drapé de bleu apportait des mets et versait l’eau des cruches. La cadette s’était reculée jusqu’à la paroi terreuse, et, les mains serrées sur la bouche, considérait l’Etranger.

Quand le repas fut accompli, l’hôte se leva : « Il est temps de gagner ton lit. Je sais les devoirs de l’hospitalité.