Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Aussitôt les deux filles, avec de petits cris se retirèrent vers la maison ouverte. Mais il n’approcha pas et dit simplement :

— « Je demande hospitalité.

— Le père est aux champs, répondit l’aînée. Attends qu’il soit venu. Il t’accueillera ».

Biôn appuya son bras contre un arbre et tourna ses yeux vers le Nil, importuné par les regards curieux qui se fixaient sur sa personne.

Longtemps après le soleil couché, l’Aethiopien arriva, suivant un bœuf blond aux cornes effilées. Et dès qu’il parut, les deux filles parlèrent à la fois.

« Il y a un étranger. — Il demande hospitalité. — Oui, il est seul. — Là, près de l’arbre. — Nous ne l’avons pas laissé entrer avant ton retour. — Nous avons bien fait, père ? »